• Olivier PEYR

L'explorateur : Technique de substitution par autohypnose pour combattre les douleurs chroniques


En auto-hypnose, 4 outils distincts peuvent être utilisés pour lutter contre les douleurs :

  1. L’anesthésie : Elle permet de réduire l'intensité d'une douleur.

  2. La substitution : Elle remplace une sensation par une autre.

  3. La dissociation : Elle permet de partir ailleurs.

  4. Le déplacement : Il transfère la sensation désagréable dans une autre zone.

A partir de l'un d'eux, il existe des milliers de façon de faire. J'ai choisi de vous présenter ici un exemple concret de la méthode par substitution (2). C'est facile à réaliser et utilisable dans n'importe quelle situation. Avant de débuter, lisez tout l'article puis tentez l'expérience une première fois. Si vous pensez ne pas avoir réussi, vous vous trompez ! Le simple fait d'essayer est déjà un très bon mouvement vers le changement. Recommencer pour atteindre vos objectifs.



Préambule


Prenez les dispositions nécessaires pour vous installer au calme durant les 15 prochaines minutes. Vous pouvez choisir de vous asseoir le plus confortablement possible dans votre fauteuil préféré ou vous allonger dans votre lit par exemple.

NB Il existe peut être un inconfort lié aux douleurs et ça n'a aucune importance pour la poursuite du travail.



1ère étape : Explorez


Prêter une attention particulière à votre respiration... Vous n'avez pas besoin de changer le rythme ou la durée, vous ne changez absolument rien ! Vous restez simplement attentif, très attentif. Imaginez-vous être à la fois cet explorateur qui découvre, fasciné et pour la première fois un territoire vierge et sauvage, et ce scientifique qui contemple l'effet bénéfique d'une nouvelle molécule qui va bientôt révolutionner la médecine. Vous êtes l'un et l'autre. Vous inspectez, vous scrutez, vous examinez chaque phase pas à pas avec la plus grande curiosité et vous vous en étonnez.

Aujourd'hui, vous êtes l'investigateur de votre propre fonctionnement, n'en perdez pas une miette ! Vous pouvez par exemple vous demander : Comment l'air entre dans mon corps ? Quel trajet effectue t-il ? Quel ressenti procure le contact de l'air avec les parois de mon appareil respiratoire ? Comment se gonfle ma poitrine ? Quels muscles sont sollicités ? Comment l'air sort de mon corps ? Quelles sont les durées de l'expiration et de l'inspiration ? Quelle est la température de l'air qui s'engouffre dans les narines ? Quelles parties de mon corps est en mouvement alors que je suis immobile ? Quelles parties de mon corps apprécient la manière dont je respire en ce moment ?



2ème étape : Écoutez


La deuxième étape est concomitante à la première. Pendant qu'une partie de votre attention continue de s'intéresser à la respiration, une autre va prêter une attention particulière aux bruits. Il est inutile de chercher à écouter ou à comprendre les sons, laissez plutôt vos oreilles les entendre lorsqu'ils se présentent spontanément à vous. Imaginez-vous entendre deux personnes que vous ne voyez pas discuter dans une langue inconnue sur un ton neutre. Votre système de compréhension habituellement actif est inopérant dans ces circonstances, vous entendez mais vous n'écoutez pas car il n'y a rien à analyser. Les sons perdent alors leur intérêt habituel, ils sont juste des informations sonores comme le sont des notes de musique sans partition.

Vous pouvez seulement les analyser tels qu'ils existent dans cet espace du présent : graves ou aiguës, continus ou saccadés, lointains ou proches, claires ou sourds, faibles ou forts, légers ou lourds, doux ou agressifs. Le moindre détail reste un détail ou revêt de l'importance, parfois les deux à la fois ! Les détails ne sont donc plus des détails mais des concepts indéfinissables. Vous déconstruisez ainsi peu à peu la réalité...



3ème étape : Imaginez


La troisième étape consiste à activer vos souvenirs. Tandis que vous laissez votre attention continuer à se focaliser sur la respiration et les sons, une autre partie de vous se remémore un moment du passé dans lequel d'une part, vous aviez des sensations agréables comme le calme, l'apaisement ou le soulagement, et d'autre part, vous aviez un sentiment de sécurité. Certaines personnes se projettent dans leur enfance pour retrouver des émotions agréables mais vous pouvez choisir un autre souvenir : votre mariage, vos dernières vacances ou une soirée entre ami(e)s. Laissez-vous guider par vos intuitions. Tout comme cet enfant qui invente des routes, des ponts et des immeubles au milieu de sa chambre tandis qu'il pense tenir dans sa main un drôle d'engin volant capable de se volatiliser en une fraction de seconde, vous vous mettez à rêver éveillé...

C'est avec la logique que nous prouvons et avec l'intuition que nous trouvons.

Henri Poincaré


En plongeant plus profondément dans ce souvenir, il sera même possible de sentir une odeur ou un parfum particulier en lien avec celui-ci, ou de vous rappeler un souvenir dans le souvenir que vous étiez pourtant certain(e) d'avoir oublié(e). Explorez ce lieu et tout ce qui s'y trouve comme précédemment : remarquez les objets ou les personnes présents, appréciez les couleurs, leurs nuances et leurs teintes, connectez-vous à l'atmosphère et la température. Soyez curieux !



4ème étape : Analyse sensorielle

Commencez par tirer profit de toutes les bonnes sensations que ce voyage va produire dans votre corps. Vous n'avez pas besoin de connaitre la raison de leurs venues puisque la raison n'a rien à voir la dedans ! Mais vous aurez besoin de savoir quelles sont ces bonnes sensations et où elles se situent dans le corps. Est-ce de la détente, de la relaxation, de l'énergie, du bien-être ou autre chose ? Est-ce dans l'abdomen, à l'intérieur de votre tête, dans tout votre corps ou à un autre endroit ? Délimitez au mieux ce mélange sensoriel et attribuez-lui une couleur, une forme ou d'autres attributs (poids, texture, consistance etc.). Il s'agit de votre zone de confort.

Plongez-vous ensuite dans la zone inconfortable du corps avec le même objectif que précédemment : trouvez des limites, une couleur, une forme et peut être d'autres propriétés. Il est possible que les deux zones soient très proches l'une de l'autre, voir imbriquées l'une dans l'autre, mais dans la plupart des cas, elles sont éloignées.

Ce moment pourrait être désagréable et c'est complètement normal puisque vous portez de l'intérêt à cette zone qui vous pourrie la vie. Si cette phase est trop difficile, vous avez la possibilité de vous dissocier totalement en imaginant que vos capacités à ressentir le mal prennent de la distance et observent la scène depuis l’extérieur de votre corps. Une partie de vous-même pourrait alors vous voir assis(e) ou allongé(e) là en flottant au dessus de votre corps.


Vous avez fait le gros du travail désormais, vous allez pouvoir profiter dans quelques instants du fruit de votre labeur... Vous allez maintenant mettre en contact les deux zones et regarder ce que cela produit. Imaginez les deux zones se rassembler dans le corps. Vous allez bientôt voir les surfaces se toucher, les couleurs se mélanger et les textures s’entremêler. Les sensations en rapport avec ces deux zones vont être inévitablement modifiées. Vous pouvez le ressentir rapidement ou brutalement dés lors que les deux zones rentrent en contact. Admirez la manière dont les choses évoluent au cours du temps et la manière dont la respiration permet à cette rencontre de s'intensifier, comme-ci chaque expiration permettait au mécanisme de progresser involontairement. Prenez le temps de laisser tous les changements se produire jusqu'à que plus rien ne se passe. Le processus est complètement terminé quand tout est bien en place et que tout votre système retrouve une certaine inertie.

Prenez le temps de noter les changements flagrant et ceux qui sont plus subtils, et surtout profiter-en. Laissez ensuite le temps à votre corps se s'éveiller.

© 2019, Olivier PEYR - Hypnose et thérapies brèves à Gisors - Siret 81307324400010